.

jeudi 9 mai 2019

Historique de l'entretien ménager PlusNet en Renaissance

C'est à partir de la Renaissance que la société de la cour (à ce moment toute la population) échappe à l'eau, accusée d'avoir transmis des maladies en ouvrant les pores de la peau et, de cette manière, la forme de la vie, à l'activité dangereuse tout compte fait. En relaxant la peau, il est accepté de rendre son assurance plus fine contre toutes les contaminations. Les parfums (jasmin, cannelle, jonquille, musc) recouvrent des odeurs nauséabondes et doivent être utilisés comme désinfectants, des comprimés d’anis servant à parfumer l’haleine. L’amélioration des produits de beauté (notamment l’utilisation du maquillage rouge et blanc présenté par Catherine de Médicis ou le nettoyage du corps et des cheveux avec le parfum de Florence, la poudre de Chypre) souligne qu’au tribunal la vue est fondamentale pour sentir et contact. La latrine sèche est nettoyée sur le corps avec un matériau impeccable ou une peau parfaitement propre, il suffit de laver le visage et les mains avec un nettoyant et de l’eau (ou de jeter l’herbe pour les moins chanceux). Le corps est fixé sous le sol, ce qui permet de voir une couche blanche devenue foncée. Seuls les individus riches, qui peuvent mettre autre chose fréquemment, pratiquent un entretien ménager résidentiel de style. La canette des plus nobles se termine par l'utilisation d'antalgiques et de baumes à l'éthique préventive, acquise spécifiquement par les Grandes révélations. Luigi Cornaro écrit en 1558 Sobriété. Des conseils pour vivre assez longtemps, qui "constituent un modèle pour la propreté ordinaire", où le bien-être est presque glorifié, permettant d'assainir le corps, de l'aider, loin de toute infection.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire